Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La tour télégraphique du Buat...

Entre La Bulnelière et Les Lucas, se dresse une tour carrée haute de 16,66m. Briques roses de la région, silex recouverts d’un enduit de chaux et sable, voilà un édifice construit avec les matériaux typiques du Pays d’Ouche. C’est un ancien poste-relais d’une ligne télégraphique qui reliait Paris à Brest.

Communiquer d’un endroit à un autre, qui plus est le plus rapidement possible, voilà ce qui a occupé l’esprit de beaucoup dont un certain Claude CHAPPE (1763-1805).

Dès 1790, avec ses quatre frères, il invente une ingénieuse « machine à bras » et met à l’essai son système optique repérable de loin grâce à l’usage d’une longue vue.

Un horloger, Abraham BREGUET, les aidera à perfectionner cette machine à signalisation par bras mobiles. Mais il faudra attendre le 26 juillet 1793 pour que la Convention Nationale décerne à Claude Chappe le titre d’ingénieur des Télégraphes marquant ainsi tout l’intérêt porté à cette innovation.

Quinze jours plus tôt, des essais sur une distance de 35 km avec une station intermédiaire avaient été fructueux. Il ne restait plus qu’à généraliser le système du télégraphe aérien Chappe.

La tour télégraphique du Buat...

Claude Chappe est né à Brûlon dans la Sarthe où des bénévoles ont créé un petit musée très sympathique...

Cliquez sur ce lien pour une visite guidée...youtube.com/watch?v=zKbMjzP3GpI

            Juillet 1793, c’est la guerre. Considérant que la télégraphie aérienne peut rendre de grands services, il est décidé de créer 2 lignes : l’une vers Lille, l’autre vers Strasbourg. Un an plus tard, la 1ère ligne Paris-Lille est en service et permet d’apprendre aux parisiens très rapidement les victoires des armées de la République. En effet, 50mn suffiront pour annoncer la reprise de Condé le 30 Août 1794.

           Le télégraphe Chappe est un succès. Son extension est demandée par le Comité de Salut Public : « ce que le Comité vient de faire de Paris à Lille, il se propose de l’établir pour tous les rayons de manière que dans quelques minutes, il puisse parler à toute la République et en quelques minutes entendre ce qu’on peut lui dire de tous les points du Territoire ». Ce système révolutionnaire de communication va donc s’étendre mais sans plan organisé.

 

La tour télégraphique du Buat...

Juin 1798, la ligne Paris-Strasbourg est achevée et comprend 32 stations-relais.

Demandée par le ministère de la Marine, la ligne Paris-Brest répond à des besoins bien particuliers : être informé rapidement de tout événement pouvant intervenir sur les côtes de l’Ouest.

Cette ligne de 58 postes ne se construit pas sans mal : décidée en 1797, 18 mois de labeur sont nécessaires pour résoudre les problèmes topographiques et financiers.

A la création de cette ligne, le 1er des 14 postes-relais ornais se situe sur la commune du Mesnil à 5 km au NE de L’Aigle et sera remplacé vers 1814 sur notre commune (plus précisément sur celle du Buat à cette époque) par la tour carrée que nous connaissons bien.

1801, la ligne du Nord est prolongée jusqu’à Bruxelles puis Anvers.

1803, l’idée d’un télégraphe géant à Boulogne pour communiquer avec l’Angleterre (que Napoléon envisage d’envahir) est abandonnée.

1809, achèvement des travaux de la ligne Paris-Lyon-Milan.

Peu à peu, un réseau se met en place, une administration nouvelle s’organise et prend de l’importance pour atteindre 5000 km de réseau, compter 534 stations et desservir 30 villes importantes vers 1840.

Pendant une cinquantaine d’années, ce sera le seul moyen de communication rapide et secret au service de l’Etat, même si en 1800, Bonaparte autorise la transmission des résultats de la Loterie Nationale sur le réseau optique.

En 1843, la télégraphie aérienne traverse la Méditérannée pour se développer en Algérie bien que sa technique commence à vieillir. Avec l’arrivée du télégraphe électrique en 1844, les moyens de communication évolueront et la dernière ligne Chappe sera abandonnée en 1855 sous Napoléon III.

La tour télégraphique du Buat...

A chaque station-relais, 2 hommes seulement sont employés se relayant à heures fixes. Toute la journée, le stationnaire doit observer à la lunette la station précédente. Celui du « Buat-La Bulnelière » a l’œil rivé vers « La Lande », poste situé dans l’Eure à une dizaine de km.

Il note sur un registre le signal reçu dont il ne connaît d’ailleurs pas la signification réelle, le transmet correctement au suivant (St Symphorien des Bruyères) et s’assure avec sa longue vue qu’il ait été vu et bien imité avant de passer à un autre signal. Toutes ces manœuvres se font en 10 à 20 secondes.

Cette rapidité d’exécution est assez impressionnante. Dans le Constitutionnel du 27 juin 1827, on peut lire : « la célérité des nouvelles par le télégraphe est telle qu’à Paris on a des nouvelles de Lille en 2mn, de Calais en 4mn 5s, de Strasbourg en 5mn 52s, de Toulon en 13mn 30s, de Bayonne en 14mn, de Brest en 6mn 50s.

Dépêche annonçant la reprise de Condé le 30 août 1794.
Dépêche annonçant la reprise de Condé le 30 août 1794.

Toutefois, ce travail solitaire reste très astreignant et peu rémunéré : 30 sous par jour en 1836 alors que la livre de pain coûte de 3 à 5 sous.

Le télégraphe Chappe n’utilisait pas un code alphabétique mais chiffré. Les différentes positions des bras de l’appareil correspondaient à des chiffres et leurs combinaisons renvoyaient aux pages et aux lignes d’un vocabulaire de 10 000 mots.

Vers 1800, le nombre de signaux primitifs passera de 10 à 88 et les directeurs des postes extrêmes chargés de la traduction disposeront de 3 vocabulaires, l’un numérique, l’autre phrasique et le 3ème géographique : 700 pages, 45 000 termes.

Ce système était très économique en signaux et surtout assurait le secret des messages.

La tour télégraphique du Buat...

Quelques détails...

La tour télégraphique du Buat...

... de la tour du télégraphe ...

La tour télégraphique du Buat...

... du Buat - La Bulnelière.

La tour télégraphique du Buat...

.

La tour télégraphique du Buat...


En marge de la journée nationale du télégraphe Chappe,

voici quelques informations complémentaires...

.... sur des stationnaires ayant œuvré à la tour du Buat...

.... sur 3 télégraphes rénovés en Alsace, Bretagne ou Gironde....


Pierre Louis GRESSE et Charles André LOUIS, stationnaires au Buat...

Un ami, passionné de généalogie, Claude Tavernier, a fait des recherches dans les registres de l'état civil de la commune sur la période 1810 à 1847.

Deux noms sont apparus, celui de Pierre Louis GRESSE né en 1776 et de Charles André LOUIS né en 1796.

Voici sous forme d'un tableau le résultat de ses recherches :

Pour voir en plus grand format, il suffit de cliquer sur chacune des photos.

La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...

Une question se pose : pourquoi nos stationnaires télégraphistes étaient-ils souvent "témoins" ?

Il faut savoir que les agents du télégraphe étaient recrutés parmi les artisans et les ouvriers qualifiés sachant lire et écrire. Ceci explique peut-être cela !

On comptait aussi sur eux pour, à tout moment, assurer une éventuelle réparation. Ils étaient d'ailleurs responsables de la conservation et de l'entretien des machines, lunettes et autres objets de la station.

Les agents du télégraphe devaient être dotés d'une bonne vision, même par temps obscur et les vétérans de l'armée étaient appréciés pour leur sens de la discipline.

Pour bien voir le document en entier et en plus grand format, cliquez sur celui-ci.

La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...La tour télégraphique du Buat...

Deux autres photos pour mieux comprendre le travail du stationnaire...

*** une station de télégraphe en coupe.

*** le système Milan de manipulation pour actionner la partie supérieure.

La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...


Et maintenant, 3 tours Chappe rénovées....

*** A Gradignan, en Gironde (33)...

Pour profiter au mieux du diaporama, cliquez d'abord sur la photo ci-contre.

Idem pour les 2 autres diaporamas.

La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
*** à St Marcan (35), près du Mont St Michel...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
*** et à Saverne (67), en Alsace, sur le site du Haut-Barr.
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
La tour télégraphique du Buat...
Tag(s) : #Regards sur le passé...

Partager cet article

Repost 0