Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Marianne d'Alfred...

En venant à la mairie, vous avez certainement aperçu ce buste dans la salle du Conseil Municipal. C'est une Marianne qui est installée ici depuis 1901.

En effet, il y a 116 ans, un certain Alfred Marre, conseiller municipal à l'époque, offre à la Commune "l'emblème de la République" en s'exprimant en ces termes :

"Monsieur le Maire, mes chers Collègues.

Je suis heureux d'offrir à la commune de St Michel-de-la-Forêt le buste de la République et je fais des vœux pour que sous son égide, les réunions du Conseil municipal qui auront lieu dans cette salle soient toujours empreintes de la plus grande cordialité entre les membres qui en feront partie et aussi de l'union la plus parfaite ; ce sera le moyen de faire de bonne administration et de donner à nos concitoyens l'exemple de la fraternité qui doit être notre devise à tous. Vive la République ! "

La Marianne d'Alfred...

...:...

Avant de nous intéresser à différents styles de Marianne et au généreux donateur, M. Alfred Marre, demandons-nous s'il existe une réglementation au sujet de cet emblème de la République.

Une parution au Journal Officiel du Sénat nous éclaire bien à ce propos :

"Réponse du Ministère de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales publiée dans le JO Sénat du 05/02/2004 - page 300.

Comme le précisait la réponse à la question écrite n° 21461 du 23 décembre 1999, il n'existe aucun texte législatif ou réglementaire régissant l'effigie de la République.

Le décret de la Convention du 22 septembre 1792 a adopté la proposition de l'abbé Grégoire, chargé d'un rapport sur les sceaux de la République et qui proposa pour celle-ci l'image de la liberté " sous les traits d'une femme vêtue à l'antique, debout, tenant de la main droite une pique surmontée du bonnet phrygien ou bonnet de la Liberté ".

Si le gouvernement provisoire avait, en 1848, recommandé l'emploi du buste réalisé par le sculpteur Dubray, les pouvoirs publics, par respect des libertés locales, n'ont pas estimé, depuis lors, devoir imposer un modèle spécifique de l'effigie de la République.

La fabrication et la vente de ces bustes sont donc laissées à l'initiative des entreprises privées et chaque municipalité dispose du libre choix du modèle.

Il n'apparaît pas que ce régime libéral ait donné lieu à des excès, à l'occasion notamment des nouvelles représentations de la République dont l'Association des maires de France (AMF) a pris l'initiative avec le projet "Marianne de l'an 2000 ".

Dès lors qu'aucun texte de nature législative ou réglementaire ne prescrit la représentation de l'effigie de la République dans les mairies, il n'est pas envisagé en réglementant la matière de remettre en cause la tradition républicaine donnant aux maires la faculté de placer une Marianne, du modèle de leur choix, dans leur mairie."

La Marianne d'Alfred...

Dans la réponse du Ministre, 2 dates intéressantes.

D'abord celle du 22 septembre 1792 qui correspond à la proclamation de la 1ère République après la victoire de Valmy qui a eu lieu 2 jours plus tôt soit le 20 septembre.

Ci-contre le nouveau sceau de la République suite au décret du 25 septembre 1792 et conservé aux Archives Nationales.

Une première République agitée qui aboutira au coup d'état du 18 brumaire an VIII (9 nov. 1799) par Napoléon Bonaparte lequel poursuivra en instaurant l'Empire le 18 mai 1804.

Il faudra attendre 1848 après la Restauration (Louis XVIII et Charles X), la Monarchie de Juillet (Louis-Philippe Ier) et une Révolution en février pour que la République redevienne le régime officiel de la France le 24 février 1848.

La Marianne d'Alfred...

Et comme l'illustre de façon très humoristique cette caricature (extraite de Marianne, Les visages de la République. Coll. Découvertes Gallimard) pour remplacer les emblèmes et effigies du roi, on a recours à nouveau à l'allégorie féminine.

On fait appel aux artistes pour proposer des représentation de la République avec un concours lancé dès mars 1848.

En sculpture, l'œuvre de Jean-François Soitoux est retenue. Elle correspond au vœu du gouvernement qui souhaite une représentation "sage, calme et forte " de la République. On peut la voir Quai Malaquai à Paris (6ème).

Dans les mairies républicaines, c'est le buste de Vital Dubray avec ses attributs révolutionnaires dont le bonnet phrygien que l'on préfère. Mais une circulaire (3 mars 1849) interdira rapidement les "emblèmes séditieux" stoppant ainsi sa diffusion.

Dans cette deuxième République, il y aurait donc déjà 2 sortes de républicains....

La Marianne d'Alfred...

Le modèle en plâtre accepté, J.F Soitoux présentera sa statue finale au Salon de 1850.

Mais il faudra attendre Février 1880 pour qu'elle soit implantée devant l'Institut de France.

A noter la couronne en rameaux de chêne fermée par une étoile.

Elle remplace le bonnet phrygien jugé trop provocateur.

La Marianne d'Alfred...

Quant à la Marianne de Vital Dubray, tous les attributs révolutionnaires sont bien visibles :

le bonnet phrygien,

le niveau égalitaire,

la poignée de main fraternelle,

la peau de lion,

le sein découvert.

Une autre vision de la République....

Et l'Histoire suit son cours. En décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte est élu Président de la République. 3 ans plus tard, en 1851, il organise un coup d'état pour devenir l'année suivante, le 2 décembre 1854, Empereur des Français.

C'est le Second Empire qui s'achèvera après la défaite de Sedan face à la Prusse le 4 septembre 1870 pour laisser la place à la Troisième République.

Une nouvelle fois, il faut retrouver les emblèmes républicains après avoir effacé les emblèmes officiels impériaux.

La Marianne d'Alfred...

Même si lors du premier conseil des ministres, le 4 septembre 1870, les membres du gouvernement posent auprès d'une République coiffée du bonnet phrygien, après les événements de la Commune, le bonnet rouge est proscrit.

C'est la Marianne de Théodore Doriot qui aura du succès auprès des Maires en ce début de la Troisième République.

On y retrouve la couronne et l'étoile du modèle créé par J.F.Soitoux en 1848.

Quelques années plus tard, Th. Doriot coiffera sa Marianne du bonnet révolutionnaire.

A partir de cette époque, pour répondre aux demandes des Maires, artistes et publicitaires proposeront de nombreux modèles.

Pour vous en rendre-compte, allez sur le site de l'Assemblée Nationale en cliquant sur le lien ci-dessous.


Que dire de notre Marianne ?...

Parmi les bustes de Marianne qui se multiplient en particulier dans les mairies à cette époque, la Marianne de notre commune est l'une des plus répandues en France.

1879 serait sa date d'exécution par un sculpteur né à Rodez en 1833 Angelo FRANCIA qui aurait eu un prix au concours de la ville de Paris cette même année.

Il aurait régulièrement exposé au Salon de Paris de 1867 à 1882 et en 1875, sculpté une Marianne avec étoile.

La Marianne d'Alfred...

Extraite d'une notice sur le site des musées de la Communauté d'Agglomération de Niortais, en voici une description précise :

"Buste à l'antique, avec épaules, coiffée d'un bonnet phrygien ceint d'une couronne végétale de laurier et orné d'une cocarde à gauche.

Elle est vêtue d'une cuirasse décorée de motifs floraux, symbolisant la lutte pour les idéaux républicains et...

... porte un drapé, sur l'épaule gauche, une dépouille terminée par deux pattes de lion, symbole du courage et de force, croisées entre les seins qui mettent en valeur le devoir nourricier de la République."

Cliquer sur les photos ci-dessous pour les agrandir.

...

La Marianne d'Alfred...La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
Un beau modèle en plâtre patiné...

Une autre belle édition installée sur un pont...

...mais pas n'importe quel pont, celui de la République à St Germain sur Avre ....
La Marianne d'Alfred...

.

Pour voir en plus grand format le diaporama de "la Marianne de St Germain sur Avre sous toutes ses coutures", cliquez sur la photo ci-dessus.
La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
La Marianne d'Alfred...
Si vous allez à St Sylvain Montaigu dans la Creuse, vous la trouverez sur la place du village...
La Marianne d'Alfred...

...


Et maintenant, quelques informations sur Alfred MARRE le généreux donateur...

C'est en 1851, le 29 juin, qu'il est né à Marmouillé (Orne), dans le canton de Mortrée à l'époque...

La Marianne d'Alfred...

.

... et 68 ans plus tard, il décèdera à St Michel-de-la-Forêt le 30 octobre 1919.

La Marianne d'Alfred...

.

Dans un recensement de population daté de 1906, on apprend que M. Alfred MARRE est marié à Victorine Vaché née dans l'Orne en 1853 et qu'il demeure au château des Fichets.

Dans celui de 1911, le nom de sa femme n'est plus mentionné. Alfred Marre doit être veuf.

A cette époque, précisons qu'il est Maire de la commune depuis 1904. Nous y reviendrons...

La Marianne d'Alfred...

.

Les collectionneurs de cartes postales connaissent peut-être le nom de notre personnage avec celle représentant le Stand de l'Amicale.

En effet, sur un terrain lui appartenant (celui de l'actuelle salle communale), Alfred Marre a fait construire ce bâtiment sur ses propres deniers.

La Marianne d'Alfred...

.

La Marianne d'Alfred...

L'Amicale de St Michel-de-la-Forêt est une société de tir et de préparation militaire.

Elle a été créée en 1908.

Alfred Marre en est le Président,

E. Carpe, le Vice-Président,

et l'instituteur, VItal Dufay, le Secrétaire.

Nous sommes quelques années avant la Grande Guerre 14-18...

Les dimanches 17, 24 et 31 mai 1914, on organise le 1er concours entre sociétaires...

Dans l'affichette ci-dessous, il est question de "200 mètres". Comme le bâtiment ne mesurait pas 200 m, les tirs devaient s'effectuer sur un terrain le jouxtant, parallèle à la rue de la Sablonnière actuelle.

Quelques semaines après, débutera la terrible guerre qui ensanglantera l'Europe pendant 4 ans.

La Marianne d'Alfred...

.

La Marianne d'Alfred...

Dans les années 20, l'Amicale est toujours d'actualité comme l'atteste cette carte de membre actif de 1921

Durant l'été 1924, c'est le XIIème grand concours annuel de tir, ouvert au public. Il semblerait donc que ce concours annuel ait eu lieu aussi pendant la guerre.

L'assemblée générale de l'Amicale est prévue le lundi 14 juillet à 15 heures.

La Marianne d'Alfred...

.

Nous compléterons ce dossier après la lecture du registre des délibérations du Conseil Municipal de St Michel-de-la-Forêt de 1900 à 1920, période pendant laquelle Alfred Marre sera élu de la commune.

A suivre....

Tag(s) : #Regards sur le passé...

Partager cet article

Repost 0